Comment savoir si ses combles sont aménageables ?

Les combles permettent de gagner une superficie habitable supplémentaire. Son aménagement est idéal si vous désirez gagner de la place dans la maison. Cependant, encore faut-il déterminer s’ils sont perdus ou habitables.

Comment savoir si ses combles sont aménageables ?

Une pente du toit supérieure à 30 %

Au moment d’envisager un aménagement des combles, le premier réflexe à avoir est de vérifier la pente sous la toiture qui doit être supérieure à 30%. Si ce n’est pas le cas, pas de panique. Rien n’est perdu. Par contre, il va falloir envisager de changer la pente du toit ce qui induit généralement le remplacement de la charpente afin de gagner un niveau de 45°. Ce type de travaux est lourd, compliqué et coûteux. Vous devez prévoir un budget entre 1300 et 2000 euros par m2 pour un tel ouvrage, livré clé en main.

Vérifier la faisabilité du projet constitue un autre impératif. La modification des angles des toits n’est pas admise dans toutes les régions. L’idéal est de se rendre auprès de la mairie et de consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) pour prendre connaissance des exigences règlementaires imposées par la ville ou la commune. Selon des sites spécialisés comme Dossiermaison.com, même si la pente du toit n’est pas modifiable, il existe toujours d’autres solutions comme une rehausse de façade ou une rehausse de toiture.

Une hauteur sous-plafond de plus de 1,80 m

Un autre critère indispensable pour rendre possible l’aménagement des combles porte sur la hauteur sous-plafond qui doit être au moins de 1,8 m sur 2/3 de la surface minimum. Dans le cas où cette hauteur sous plafond est insuffisante, des travaux sont à entreprendre. La solution la plus courante est de surélever la toiture. Même si ce rehaussement est cher et compliqué à mener, il a pour gros avantage de vous offrir carrément un étage supplémentaire. Avant de lancer les travaux, il faudra s’assurer que les fondations puissent supporter une telle surélévation et que les murs porteurs soient assez solides. Ceci fait, l’ancienne toiture est démontée puis le toit est surélevé. La structure doit être la plus résistante possible, d’où la pose d’étais. Les murs sont élevés ensuite à la bonne hauteur.

Une autre alternative à la surélévation de la toiture pour jouir d’une hauteur sous-plafond adaptée est de procéder à un décaissement. L’objectif est de réduire le plafond de l’étage ou du rez-de-chaussée pour profiter de plus d’espace. Cette intervention étant encore plus complexe que la surévélation, elle n’est à envisager qui si le PLU interdit le rehaussement de la toiture.

Une charpente modifiable

Les maisons anciennes sont généralement constituées de charpentes traditionnelles qui facilitent l’aménagement des combles (voir ici les détails les toitures). Elles sont en effet composées de fermes espacées qui permettent de créer des volumes sous le toit. Dans les années 70, ce type de charpente a de plus en plus été substitué par les charpentes industrielles à fermettes très encombrantes. Généralement en forme de A ou de W, ces structures n’offrent qu’un entraxe de 0,60m accaparant donc beaucoup de place. Heureusement, tout n’est pas perdu puisqu’il existe des entreprises capables de modifier la charpente pour rendre les combles habitables. Une des techniques consiste à éliminer la triangulation centrale en W puis à créer un plancher des cloisons.

Écrit par Tom le dans La maison

Partagez cet article sur les réseaux !

Laisser un commentaire

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : zrdiirnpb9